shirtabersfdsdfcrombie - Forside
Gianni Gamondi s’exécute. Au téléphone, le patron de la Fininvest lui demande s’il se lève tôt le matin et lui donne rendez-vous à son bureau, le lendemain, à 7 h 30. « Je suis arrivé lessivé. Lui avait déjà fait son footing ! » Les deux hommes vont travailler ensemble pendant vingt ans. « Berlusconi, c’est quelqu’un qui vous tire vers le haut. Il ne donne pas d’instructions, nous avons toujours fonctionné en équipe. » Pendant les douze premières années, l’entrepreneur milanais vient chaque samedi à bord de son jet, un Hawker 800, dans son domaine où 120 maçons, plombiers, entrepreneurs et paysagistes travaillent à plein-temps. En 2004, la villa comprend trois bâtiments : le principal, 2 600 mètres carrés, pour le maître des lieux ; un autre pour sa famille ; le dernier pour les hôtes de marque. Les maisons se veulent « simples », aérées et ouvertes sur un parc féerique. « Le plus spectaculaire, à la villa Certosa, est dehors », souligne son amie et voisine Marta Marzotto : les 600 oliviers – parmi lesquels deux, originaires d’Espagne et d’Israël, auraient 2 000 ans –, des milliers de palmiers originaires du monde entier, une collection unique d’hibiscus, d’orchidées, de plantes médicinales, une serre aux papillons. « Berlusconi n’a fait que planter et replanter », poursuit Marta, mère de la princesse Borromeo. « C’est aujourd’hui le plus beau jardin botanique d’Europe », s’enflamme Gamondi, qui se glorifie d’avoir accueilli la très prestigieuse International Dendrology Society, une association très prisée par les lords anglais et les milliardaires américains. « Ils n’en revenaient pas, c’est un vrai musée. » La visite du parc dure au moins trois heures. Plus vrai que nature, Berlusconi coiffe sa casquette de guide botaniste pour montrer les 2 100 spécimens de cactus importés d’Asie et des Andes. Il présente les blossfeldias et les cladodes agencés autour de sa piscine, désigne chaque plante par son nom en italien et en latin : l’effet est garanti. Si les hôtes de la villa Certosa trouvent de quoi combler leur soif de culture, ils peuvent aussi assouvir des plaisirs plus frivoles : machines à sous et manèges. « Certosa a un côté Petit Trianon, mais cela ressemble aussi au ranch de Michael Jackson », confie un habitué des lieux. Près du lac artificiel scintille un faux volcan visible la nuit depuis l’amphithéâtre de 400 places, de style gréco-romain, en ciment.Le pitch? Il s’agit du parcours initiatique et inédit d’un quidam de 31 ans, affublé d’une veste en cuir noir, et reconnaissable à sa barbe et à ses yeux verts. Le hasard le conduit à plonger dans un des hauts lieux de la culture alternative romande; un bouillon social, où se mêlent noctambules, Abercrombie&Fitch Shorts Homme, mélomanes et dealers. L’auteur-réalisateur et protagoniste de l’œuvre, sans compétence sécuritaire particulière, est propulsé au poste de nouveau ­responsable du service d’ordre du temple des tendances musicales électroniques et du dj’ing contemporain. L’histoire se déroule en 2007, dans un lieu qui passe pour être le plus gros débit de bière de Suisse occidentale. Près d’une année durant, il y voit défiler chaque soir de fin de semaine jusqu’à 2000 noctambules: un amas aussi disparate qu’interlope, s’égarant jusqu’au petit matin dans les miasmes de la débauche sensorielle. Le récit se termine par la condamnation d’Arnaud Trambouze à 1 mois de prison, avec 2 ans de sursis, pour coups et blessures. «On m’accuse d’avoir frappé cet homme au sol. […] Je regrette mes actes», plaidera notre antihéros.
 
Panel title
Antal besøg: 9

Lav en gratis hjemmeside på Freewebsite-service.com

Editing

-0,82059788703918sekunder